Stage photo-mycologique

du dimanche 19 novembre 2017

à St Setiers avec Benoît Peyre.

 

Ce fou du champignon s’y consacre depuis plus de 15 ans avec à la clé quelques ouvrages magnifiques que je vous recommande : http://laurencepeyre.fr/champi-passion/publications.html
En plus le personnage est haut en couleur, couleurs qui nous ont bien manquées ce dimanche avec un temps pourri sur le haut du plateau. Brouillard, humidité et température dans les chaussettes.
Le matériel : un !!!, un grand angle ou un objectif “normal” ou un objectif macro, un viseur d’angle (en effet la plupart du temps les champignons donc l’appareil photo sont au ras du sol et si vous voulez éviter les lumbagos…), un pied photo (plutôt pas trop haut pour les mêmes raisons), un réflecteur ( du carton recouvert de papier d’aluminium par exemple), un ou plusieurs flashes ou carrément un flash annulaire à une ou 2 têtes, un déclencheur filaire ou simplement le retardateur de votre appareil, un couteau (pas pour cueillir les champipis mais pour faire le ménage, enlever quelques herbes…).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les conditions : le matin (champignons plus frais) et si possible éviter le plein soleil, préférer les temps couverts ou ciel voilé. Autant dire que ce dimanche nous réunissions toutes les conditions !!!!!
Le choix : dans tous les cas, je commence par faire une photo de sauvegarde, car personne n’est à l’abri d’une fausse manœuvre!!
Je fais des photos didactiques: je prends le sujet sous tous les angles possibles pour mettre en évidence ses caractéristiques et dans ce cas-là penser à mettre une échelle au moins sur un cliché (éviter la boite d’allumettes…).
Je fais des photos “artistiques”: pour commencer, je fais le tour pour trouver le meilleur angle, ensuite décider de la distance (macro, proxy ou vue plus globale).

 

La difficulté majeure en proxy ou macro, c’est la profondeur de champ (plus on va se rapprocher plus celle-ci va être réduite), donc travailler avec un diaphragme relativement fermé (entre f8 et f13 c’est là où on a le meilleur piqué des objectifs), ne pas hésiter si nécessaire à monter à f22 ou plus, ce qui va induire (surtout si on mis ses ISO relativement bas, entre 50 et 200) un temps de pose long (très souvent inférieur au 1/25è et pouvant aller jusqu’à plusieurs secondes), mais bon normalement un champignon ça coure pas trop vite, d’où la nécessité du pied ou d’un support quelconque ( on peut se débrouiller avec quelques bouts de bois).
La mise au point se fait manuellement, pour éviter la ch’tite herbe captée par la cellule et qui elle sera nette!!
Voilà le résumé de ce “stage” bien agréable, en dehors du temps.
Personnellement je rajouterai 2 choses: connaissez bien votre appareil pour ne pas galérer de trop pour les réglages, et ensuite essayez de travailler en RAW pour pouvoir si nécessaire travailler au mieux vos clichés.

J. Luc

 

Laisser un commentaire