You are currently viewing Sortie Atlas au puy de Viossanges

Sortie Atlas au puy de Viossanges

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:vie de l'asso

Samedi 2 décembre 2023, nous partons à la rencontre des fourrés à genévriers. Cet habitat a quasiment disparu dans le secteur d’Égletons. Il nous a fallu aller sur le Puy de Viossanges, au nord de Saint-Yrieix-le-Déjalat, pour photographier ce qui est sans doute la plus grande surface couverte par les genévriers dans la communauté de communes.

C’est par un beau temps froid et sec que Vincent nous amène sur ses parcelles où broutent ses moutons.

Le puy de Viossanges
Le puy de Viossanges et son peuplement de genévriers au milieu de la lande

Cet habitat naturel correspond à un stade transitoire entre une lande et une forêt. Il est donc rare, puisque les landes à bruyères ont elles-même fortement régressé spatialement, privant automatiquement les fourrés des surfaces sur lesquelles ils auraient pu se développer (rappel : au cours du 20ème siècle, les landes du Limousin ont été défrichées pour certaines, plantées pour beaucoup d’autres et les dernières qui subsistent font l’objet d’importants efforts de conservation).

On reconnaît le fourré à genévriers à la dominance de cet arbuste épineux dans la strate arbustive (ici,  il s’agit du genévrier commun Juinperus communis). Pour en savoir plus sur le genévrier : https://fr.wikipedia.org/wiki/Juniperus_communis. En accompagnement, le houx, la bourdaine, le pin sylvestre, la fougère aigle, la bruyère cendrée et la callune fausse bruyère sont fréquentes. En l’absence d’entretien par le pâturage, le fourré va évoluer lentement en pineraie puis en boisement mixte.

Les fourrés à genévriers sont très attractifs pour la faune, notamment pour les oiseaux, qui y trouvent à manger des baies (qui mettent 2 ans à murir) et qui utilisent la végétation dense pour nicher. Ainsi, grives, linottes, bouvreuils… s’observent très fréquemment dans les fourrés.

Sur le haut du puy
Sur le haut du puy
Retour vers la civilisation

Merci à Olivier V. pour le texte.

Merci aux photographes : Françoise, André, Stéphane, Olivier V., Christian et JLuc.